Nouvelles de mai 2021

Anna Gardell-Ericson 1853-1939, Public domain, via Wikimedia Commons

Alors que l’été arrive à grands pas, ça fait presque deux mois qu’il n’y a pas eu de nouveau contenu ici. J’ai donc deux nouvelles.

Tout d’abord, j’ai décidé de concentrer dernièrement mes efforts à un projet un peu différent. Ces efforts ont porté leurs fruits, et ont donné naissance à une pièce publiée dans Blue Labyrinths!

Quel plaisir de pouvoir écrire pour une plateforme dont on est habituellement le lecteur. Les publications de Blue Labyrinth sont des trésors de théorie critique et post-moderne. J’y ai découvert des idées, des penseurs et des artistes géniaux, comme dernièrement Simondon, Igloo Ghost et SOPHIE. Blue Labyrinth a une audience incommensurablement supérieure à celle d’Azurisme: être exposé à tant de monde, dans une autre langue et dans un style différent de celui auquel je suis habitué est aussi intimidant qu’excitant. En plus de ça, mon article a la chance d’être illustré par un super entête de Benjamin Sack.

J’y aborde certains aspects de notre rapport à l’abstraction sous l’angle de la théorie des simulacres de Baudrillard. Cette dernière n’est qu’un cheval de Troie pour discuter de plein de sujets – de Marco Polo et Borges aux théories de Donald Hoffman et Benjamin Bratton en passant par le skeuomorphisme des interfaces de nos téléphones portables. Comme tout contenu critique, ce n’est pas vraiment le truc le plus drôle qui soit. Mais il est plus formel, plus documenté et je pense, plus intéressant que si je l’avais écrit pour ici comme initialement prévu.

Voici quelque chose d’autre pour combler le vide intersidéral qu’est ce site depuis 2 mois: une newsletter. Pas une newsletter comme celles que l’on tolère périodiquement dans nos boîtes mail sans jamais y jeter un coup d’oeil. À l’exercice de la lettre d’information, je trouve la démarche de Gwern Branwen pertinente. Il publie chaque mois une collection de liens pointant vers des ressources variées qui ont marqué son attention durant les 30 jours écoulés et qu’il juge intéressant de partager (voir sa newsletter pour avril 2021). J’imagine ça aussi utile pour ses lecteurs que pour lui-même, afin de se souvenir de choses qu’il a pu lire et dont il aurait oublié l’existence autrement. C’est parti:

Philosophie:

Société:

Histoire & anthropologie:

  • Razib Khan, Ancient Humans Had A Lot Of Sex With Each Other
  • SigLA, une base de données des caractères de linéaire A dont nous connaissons l’existence. Le linéaire A est un système d’écriture utilisé par la civilisation minoenne jusqu’en 1450 av. J.-C.. À ce jour il n’a pas été déchiffré, contrairement au linéaire B, utilisé aussi en Crète quelques siècles plus tard par les Mycéniens et dont j’ai déjà parlé à quelques reprises dans des articles. Le travail réalisé par Ester Salgarella et Simon Castellan a pour but de permettre à tout le monde de contribuer au déchiffrement du linéaire A.
  • Le projet Cybersin
  • Le soulèvement de Gwangju.

Biologie:

Linguistique & sémantique:

Design & architecture:

Produits:

  • Obsidian pour organiser mes notes. J’ai commencé à l’utiliser il y a 10 jours. Contrairement aux outils « linéaires » comme OneNote ou Evernote, Obsidian permet de lier des notes entre elles à la manière de Wikipedia et de les référencer dynamiquement. Un autre avantage d’Obsidien est que le stockage des notes est local. On est donc en total contrôle ce que l’on produit. Comme les notes sont en markdown, il est facile de les synchroniser et de les exporter. Bien que je sois loin du « second brain, for you, forever » que promet le slogan du programme, je commence à bien prendre Obsidian en main et à voir les possibilités qu’il offre. Malheureusement l’appli mobile n’est pas encore disponible. Elle est pour l’instant en bêta privé et devrait paraitre dans les prochaines semaines sur le Play Store et l’App Store.

Curiosités:

Laisser un commentaire